logo du projet
logo IEW

Paysages

Terril des Viviers à Gilly
Conditions météorologiques
Nuageux
Saison
printemps 2013
Milieu
Industriel
Qualité du paysage
Caractéristique

Modification depuis la dernière prise de vue :

Certains terrils du Pays de Charleroi constituent des réservoirs de biodiversité qu’il convient de préserver. À l’instar des pelouses calcaires, les terrils sont des habitats créés par l’activité humaine qui accueillent de nombreuses espèces animales et végétales très particulières et souvent menacées. La rareté de ces espèces est fonction de la rareté du milieu en lui-même (le biotope). Contrairement à une idée répandue, la forêt n’a pas l’apanage de la biodiversité ! Celle-ci est également présente dans d’autres milieux : dans une friche, un plan d’eau, une prairie… En termes de biodiversité, le maintien d’une mosaïque d’habitats est donc préférable… d’où l’intérêt de conserver différents types de milieux sur les terrils.
Le Site de grand intérêt biologique des Viviers, par exemple, est un ancien site de charbonnage s’étendant à l’est de Charleroi, sur l’ancienne commune de Gilly. Ce site présente un petit terril conique ainsi que de vastes zones ouvertes constituées principalement de pelouses pionnières et de friches. Il comprend aussi un petit plan d’eau ainsi que des mares temporaires, et quelques zones boisées sur les bordures ouest et nord. Ce biotope particulier présente un grand intérêt biologique et joue le rôle de refuge pour une faune diversifiée. La vaste roselière entourant la mare accueille la rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus), passereau spécifique de ce type de végétation. On y observe plusieurs espèces d’amphibiens, dont une
population de crapaud calamite (Bufo calamita), ainsi que certains insectes, comme le magnifique criquet à ailes bleues (Oedipoda caerulescens).

Les photos de ce paysage :

  • [printemps 2013] : Certains terrils du Pays de Charleroi constituent des réservoirs de biodiversité qu’il convient de préserver. À l’instar des pelouses calcaires, les terrils sont des habitats créés par l’activité humaine qui accueillent de nombreuses espèces animales et végétales très particulières et souvent menacées. La rareté de ces espèces est fonction de la rareté du milieu en lui-même (le biotope). Contrairement à une idée répandue, la forêt n’a pas l’apanage de la biodiversité ! Celle-ci est également présente dans d’autres milieux : dans une friche, un plan d’eau, une prairie… En termes de biodiversité, le maintien d’une mosaïque d’habitats est donc préférable… d’où l’intérêt de conserver différents types de milieux sur les terrils. Le Site de grand intérêt biologique des Viviers, par exemple, est un ancien site de charbonnage s’étendant à l’est de Charleroi, sur l’ancienne commune de Gilly. Ce site présente un petit terril conique ainsi que de vastes zones ouvertes constituées principalement de pelouses pionnières et de friches. Il comprend aussi un petit plan d’eau ainsi que des mares temporaires, et quelques zones boisées sur les bordures ouest et nord. Ce biotope particulier présente un grand intérêt biologique et joue le rôle de refuge pour une faune diversifiée. La vaste roselière entourant la mare accueille la rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus), passereau spécifique de ce type de végétation. On y observe plusieurs espèces d’amphibiens, dont une population de crapaud calamite (Bufo calamita), ainsi que certains insectes, comme le magnifique criquet à ailes bleues (Oedipoda caerulescens).